Certificat d’Investissement

Techniquement parlant, le Certificat d’Investissement fonctionne de la même manière qu’une action à une exception près : vous n’avez pas de droit de vote.
En effet, lors de l’émission, le droit de vote est démembré du certificat d’investissement et ce droit de vote est redistribué aux actionnaires historiques (la plupart du temps, il s’agit de l’Etat).



Ce type d’instrument financier est surtout utilisé par des entreprises semi-publiques pour trouver de nouvelles ressources financières sans diluer les droits de vote.

Pour rappel, voici la définition d’une action :

Une Action est un titre de propriété qui correspond à une partie du capital d’une société, qu’elle soit cotée ou non.
Si vous détenez une action, vous êtes un actionnaire de la société en question.

Vous entendrez peut être parlé du capital flottant d’une société. Il s’agit de la part du capital social coté en bourse d’une société.

En tant que co-propriétaire de l’entreprise avec les autres actionnaires, vous disposez de certains avantages et de droits qui peuvent varier en fonction du type d’action

  1. Droit de vote : En règle générale, une action vous donne droit à une voix (hors cas des actions à droit de vote préférentiel). Donc si vous détenez 150 actions, vous avez 150 voix.  L’entreprise vous proposera de voter lors des assemblées générales où sont prises les décisions stratégiques, comme la répartition des résultats entres les différents acteurs (salariés, l’entreprise et les actionnaires) par exemple.
    Ce droit de vote est accessoire pour les petits porteurs car leurs décisions ne peuvent individuellement influencer les décisions prises, du fait de leur faible détention de titres.
    De plus, la grande majorité d’entre eux sont principalement intéressés par les plus values potentielles liées aux variations du cours plutôt qu’aux dividendes
  2. Droit aux dividendes : Ce droit s’applique aux actionnaires uniquement si l’assemblée générale a prévue d’en verser à ses actionnaires.
    Les dividendes sont généralement versés entre avril et juillet aux détenteurs de l’action en question. Le montant est unitaire par action. Exemple : La société X verse 0,50€ de dividende par action et vous détenez 300 titres. Vous recevrez 150€.
    Le montant est fonction du résultat de l’entreprise et de la répartition choisie par les actionnaires
  3. Droit à l’information : La société doit vous tenir au courant des communications majeurs : résultats périodiques, Opérations Sur Titres (augmentation de capital par exemple), etc.

Attention, les actionnaires sont considérés comme les derniers créanciers de la société, c’est à dire qu’en cas de faillite, ils seront les derniers à être payés (après l’Etat, URSSAF, fournisseurs, etc.). En règle générale, les actionnaires perdent la totalité de leur investissement en cas de faillite.


Laisser un commentaire